Des petites lumières sur le chemin

Des petites lumières sur le chemin
8 juin 2020 Dorothée Paliard

Des petites lumières sur le chemin

S. E. Monseigneur Bernard Ginoux1, était le héros du quatrième épisode du cycle de vidéoconférences « Panser aujourd’hui pour Penser demain » lancé par mon ami Frantz Toussaint2 dont le titre était : « Quelle vision eschatologique pour la crise ? »

L’eschatologie est un mot compliqué pour désigner la perspective des fins dernières, la parousie (autre mot compliqué), la fin du monde et le retour du Christ en gloire. La résurrection qui nous est promise à la parousie est, doit être pour nous un signe d’Espérance. Il s’agit du continuum entre la vie terrestre et la vie éternelle qui est promise à nos corps et à nos âmes. Il nous faut donc parler de cet au-delà, et de la perspective de salut qu’il offre.

Ce salut est accessible à tous les hommes de bonne volonté, mais nous qui connaissons le chemin, nous devons l’indiquer à ceux qui ne le connaissent pas. Nous sommes des petites lumières sur ce chemin, pour porter cette bonne nouvelle à tous. N’allons pas imaginer que nous puissions être des guides ! Pour ce faire, pas besoin d’être savant, très doué ou exempt de tous péchés : la Vierge Marie est apparue à de très humbles et simples personnes, et nos vies de pécheurs sont incohérentes avec l’Evangile.

La crise sanitaire passée pose un problème : les catholiques ont-ils sombré dans l’idolâtrie de la santé ? La crainte de la maladie leur a-t-elle fait perdre la raison ? Fallait-il imposer par exemple aux personnes âgées cette jachère sacramentelle ? Si notre aspiration est bonheur si possible durable est légitime, il faut convenir que les offres de bonheur matérialistes sont limitées et emportent leurs lots de déboires : chômage, maladie, etc … Monseigneur Ginoux nous parle de la vérité du bonheur qui est de réaliser que nous sommes aimés de Dieu en citant son expérience de la fin de vie d’un jeune malade du Sida, converti et pardonné au seuil de la mort et parti dans la paix : il était dans les bras de Dieu.

Alors oui, le port du masque à la messe fait mal. Un masque fait de l’autre un ennemi, il cesse d’être notre frère. La distance physique nous empêche de donner le meilleur de nous-même. Ce qui ne justifie pas l’imprudence. Mgr F-X. de Belsunce, évêque de Marseille lors de la peste de 1720, donnait certes l’Eucharistie aux pestiférés, mais avec des pincettes.

Interrogé sur cette prise de pouvoir par les savants brandissant le principe de précaution, Monseigneur Ginoux ne mâche pas ses mots quand il compare la situation à 1984 de George Orwell ou Rhinocéros d’Eugène Ionesco. Les savants et les politiques usent et abusent de la peur, le confinement sert à marteler un message qui anéantit l’esprit critique, développe notre panurgisme et sacrifie notre vie sociale.

Comment nous, laïcs, pouvons accéder à nos contemporains qui vivent dans un monde libéral-libertaire et consumériste pour leur parler d’eschatologie ? D’abord il convient de nous former. Puis de montrer les moteurs des échecs patents qui nous entourent : marxisme, libéralisme, matérialisme. Après, poser la question du sens. Les écologistes ne proposent qu’une réponse très partielle. Enfin, nous devons parler du don de Dieu.

Il convient en outre de s’opposer aux ingérences et à cette pensée laïciste de l’état qui voudrait régir et uniformiser les religions et écoles de pensées et nier la spécificité des catholiques. Le « présentiel » du Christ dans l’Eucharistie change tout.

Vous êtes bien sûr invités à profiter de toutes les richesses de cette conférence en accédant à la rediffusion asynchrone au bout du lien. Le prochain épisode sera diffusé le 10 juin et verra Pierre de Lauzun nous entretenir d’économie et de mondialisation après la crise.

Rémy Mahoudeaux

1 Enseignant de lettres à l’origine, ordonné prêtre en 1986, évêque de Montauban depuis 2007. Connu comme l’évêque des gilets jaunes et celui qui a appelé les catholiques à ne plus manquer À la messe.

2 Marié, père de cinq enfants, cadre marketing dans une grande société de service et créateur de Panser aujoud’hui pour Penser demain

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux