Université de la Sainte Baume 26 août

Université de la Sainte Baume 26 août
28 août 2017 Dorothée Paliard

Université de la Sainte Baume 26 août

Invitation était faite aux participants de monter au Saint Pilon pour une messe célébrée au lever du jour, dans le vent qu’aucun obstacle ne ralentit. Rendez-vous était donné à 5 heure 15 pour une montée dans la nuit par des pentes abruptes, à la lueur des lampes de poche et des téléphones portables recyclés pour l’occasion. Essoufflés, nous avons pu découvrir ce site et la vue magnifique qu’il offre une fois le soleil levé. Pour la France, le père Louis-Marie Guitton a célébré une messe où nous étions presque au ciel, merci à lui.

Ce samedi était la journée conclusive de l’université d’été, traditionnellement dévolue à l’intervention des politiques. Une table ronde réunissait 3 d’entre eux : Christophe Billan (de Sens Commun), Djordje Kuzmanovic (de la France Insoumise) et Serge Passerieux (Refondation, ex- Parti Socialiste et Poissons Roses). Certes, le panorama aurait été plus complet avec un En Marcheur, mais ils ont décliné l’invitation. Pierre Jova animait ce débat.

Christophe Billan assume d’être un libéral à cause de son attachement à la propriété privée, à la liberté d’entreprendre et à celle d’échanger. Mais il constate aujourd’hui que le libéralisme est devenu matérialisme et que l’enrichissement et l’accumulation sont devenus des buts en soi. Il constate un important besoin d’amodiations, et le chrétien doit être capable d’y apporter le sens qui fait défaut. Mais ces évolutions souhaitées n’ont rien à voir avec un grand soir.

Confiteor de Régis Passerieux, sa génération a failli. Il constate que l’Europe comme civilisation a bénéficié de grâces mais que le libéralisme qui en résulte a aussi subi quelques hubris qui font qu’aujourd’hui, il conduit à la destruction de la société, pour la remplacer par un ersatz où la technique remplacerait le sens. Il énonce les 4 impasses possibles de l’alternative qui s’offre à nous : le repli identitaire, le moralisme traditionnel, le retour en arrière et la fuite en avant. Il aspire à une refondation, avec un projet ambitieux dont les deux points essentiels sont entreprendre et relier et où les chrétiens devraient s’engager.

Djordje Kuzmanovic ne peut pas être d’accord avec Christophe Billan : Pour lui, les moyens de productions doivent être exclus de la propriété privée, et il récuse un libre échange où le nanti est libre de s’enrichir plus encore au détriment du plus démuni. Pour lui, le tyran totalitaire qu’il faut abattre, c’est Monsanto. Le discours sur la dette tenu par les autres formations est pour lui révélateur de leur refus de lutter contre ce libéralisme qu’il identifie à Mammon et qui est au pouvoir. Poursuivre dans cette voie serait ouvrir la porte à l’apocalypse.

Tous les trois sont d’accord sur le diagnostic, les « prophéties » qu’ils formulent convergent vers un désastre que serait la destruction du commun, mais ils ne sont pas mis d’accord sur le quoi faire.

Frère Raphaël Thomas o.p. avait pour mission de présenter une synthèse. Elle sera publiée, je n’en citerai donc que l’exhortation finale en forme d’appel à la lutte qui ne l’est sans doute pas autant :

« Aux armes (de l’Esprit), citoyens (des Cieux) ! »

Un grand merci à tous ceux, dévoués et bienveillants, qui ont permis que cette belle université d’été se tienne dans de pareilles conditions ! Monseigneur Dominique Rey, tous les intervenants, les partenaires, le Père Louis-Marie Guitton de l’OSP Fréjus-Toulon, les frères dominicains de la Sainte Baume, tous les personnels de l’hostellerie et du diocèse hôte mis à contribution, les volontaires, tous ceux que j’oublie de citer et qui ont apporté leur pierre, et surtout … le Bon Dieu et Sainte Madeleine !

Rémy Mahoudeaux

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux