Posts taggés avec ‘passerieux’

  • Alors que le nouveau mouvement politique, Refondation, sera lancé à Paris, ce samedi 18 novembre, son secrétaire général, Régis Passerieux, répond à l’Observatoire sociopolitique.

    Régis Passerieux, secrétaire général du mouvement politique Refondation

    Observatoire sociopolitique : Refondation va être lancé le 18-19 novembre, comment définiriez-vous ce mouvement : un parti, une sensibilité, un courant ?

    Régis Passerieux : Refondation est un mouvement politique qui a vocation à présenter des candidats aux élections, à participer à la recomposition politique et à faire émerger un projet qui devienne majoritaire mais aussi alternatif. En effet, les politiques actuellement menées ne correspondent pas aux aspirations profondes des Français. On constate un effritement du lien dans la société et une incapacité de la classe politique à se renouveler. Refondation a pour ambition d’apporter les conditions d’une nouvelle offre politique. Elle participe à l’émergence de cette nouvelle offre qu’attendent la majorité des français et que nul ne formalise. Refondation ne se donne pas de petits objectifs.

    Ces aspirations que vous voyez s’exprimer par le peuple français comment se manifestent-elles ?

    Les Français basculent dans l’identitaire parce qu’ils n’arrivent pas à trouver un chemin raisonné et clair. On voit la soif de ceux qui vont chez Mélenchon, à Sens Commun, et même parfois, ceux qui ont voté Macron qui sont dans un identitaire technocratique (ils pensent que la France doit s’adapter au monde globalisé). Tous ces identitaires se renforcent les uns les autres. Les Français attendent une voie de sagesse et de modernité qui permette de retrouver du lien. Refondation est une alternative au basculement identitaire généralisé.

    Quelles sont les grandes lignes de ce nouveau mouvement politique ?

    Nous en avons trois. La première, c’est la toile de fond. Il s’agit de l’écologie humaine. Il faut retrouver une société du lien et de l’engagement en reconstruisant des repères et en s’enracinant. Nous voulons établir de nouvelles règles du jeu. L’homme est une personne reliée, solidaire et engagée, responsable de l’autre et du bien commun. Nous souhaitons recréer des espaces de communication, restaurer le respect de la vie…

    Le deuxième axe, c’est le moteur : l’économie. Nous aimerions mettre en place un entrepreneuriat fécond qui s’appuie sur l’intelligence du travail dans une économie du partage, qui combine de manière équilibrée capital, richesse sociale et biens naturels. Nous voulons établir de nouveaux indicateurs dans lesquels le capital et le travail ne soient plus évalués comme ils le sont aujourd’hui, en fonction de la productivité.

    Enfin, le troisième point est une méthode politique. En effet, nous devons reconstruire la nation et l’Europe en redonnant un sens communautaire. La nation doit redevenir une somme de communautés de territoire, de partage, d’entreprises, de solidarité, qui se relient, se passent le message, collaborent. Nous devons rebâtir l’Europe.

    « Les positions troublantes de Jean-Frédéric Poisson sur le plan identitaire nous mettent sur une ligne de fréquence différente »

    Comment votre mouvement politique a-t-il émergé ?

    C’était avant l’élection présidentielle avec un certain nombre de personnalités, chrétiennes ou laïques. Nous avons pris conscience que nous partagions le même diagnostic de la société. On nous demandait d’adhérer à une espèce de mécanique mondialisée qui devait tout détruire, normer, standardiser. Nous n’avons pas trouvé d’offre politique correspondante à nos convictions et donc nous avons décidé de la forger.

    Quelle est la différence avec le mouvement chrétien de gauche, les Poissons Roses?

    Les Poissons Roses sont liés à un parti. IL s’agit d’un courant de réflexion. Ils continuent à exister. Refondation est un mouvement politique dans lequel il y a des gens qui viennent de la droite et de la gauche. Nous avons des liens avec eux, oui mais cela s’arrête là. D’ailleurs Refondation accueille trois personnes qui viennent des Poissons Roses. On discutera avec les Poissons Roses comme on discutera avec d’autres. Sur les diagnostics de la société, les idées des Poissons Roses sont inspirantes.

    Votre mouvement est-il chrétien ?

    Non il n’est pas chrétien. C’est un mouvement laïc composé de chrétiens et d’autres qui ne le sont pas. Aucun mouvement doit être chrétien ou non chrétien. La doctrine sociale de l’Eglise est une source d’inspiration tout comme la morale laïque puise aussi à cette source.

    Au niveau du respect de la vie, quelle est votre position ?

    La non marchandisation de la vie.

    Jean-Frédéric Poisson pourrait-il faire partie de votre mouvement ?

    Les positions troublantes sur le plan identitaire nous mettent sur une ligne de fréquence différente. Nous ne sommes pas aujourd’hui sur une même approche puisque nous avons vocation à être raisonnés et rassembleurs.

    Propos recueillis par l’OSP

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux