Réfugiés irakiens dans un village du Haut Var.

Réfugiés irakiens dans un village du Haut Var.
1 mai 2015 Dorothée Paliard

Réfugiés irakiens dans un village du Haut Var.

Par D. Paliard.

Ils ont tout quitté, chassés de leur pays à cause de leur religion, comme des centaines de milliers de compatriotes chrétiens. Une trentaine a trouvé refuge dans la paroisse d’un petit village du Haut-Var. Autour d’eux, est né un magnifique élan de solidarité : des bénévoles traducteurs, professeurs de français, coordinateurs, donateurs… tous apportent  leur aide précieuse.

Ils habitaient Karakoch, une ville irakienne de 80 000 habitants à majorité chrétienne, assiégée en août dernier par Daech, subissant sans arrêt des tirs d’artillerie, privés d’eau et d’électricité… « Nous étions comme des moutons dans un pré, entourés des loups, qui venaient chasser toutes les nuits. Nous étions seuls nous ne dormions plus, mais le Seigneur veillait sur nous » raconte Fahed, 28 ans, professeur d’art. Lors du grand assaut de Daech, il  a dû fuir vers Erbil avec son épouse et leur fille de 3 ans. Toute la région était sur les routes ce jours là, il s’agissait d’un véritable exode des chrétiens, des milliers de gens étaient sur le route.

A Erbil, ils ont vécu à une centaine dans deux pièces, toujours aux aguets, les hommes dormant dehors pour protéger les femmes et les enfants, en attendant que leur demande de Visa pour la France soit acceptée.

Aujourd’hui, dans ce presbytère d’un petit village du Var où ils sont logés, ils souhaitent  reprendre leur vie, apprendre le français, scolariser leur fille, travailler. Vivre, tout simplement. En espérant bientôt revoir leurs proches,  toujours en Irak, en attente de visa pour la France.

Leur témoignage est une véritable leçon de Foi.

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux