Nuire debout ?

Nuire debout ?
6 avril 2016 Dorothée Paliard

Nuire debout ?

Par Remy Mahoudeaux. Avril 2016.

Un pépiement (1) publiait une photo d’un grand papier (2) qui reportait l’ordre du jour (ou plutôt de la nuit) de ce qui se discutait lors d’une nuit debout. Voici les items inscrits :

Délocaliser la bouffe

Ne plus vendre d’alcool

Service sérénité de nuit

Faire partir les « relous » de la bouffe

Écrire la constitution de la république sociale

Détruire le capitalisme

Commission récréation

Faire tourner l’équipe de coordination

Journées à thème

Aller faire un coucou au travailleurs -euses

RDV chômeurs euses précaire

Dégager les fachos – à rediscuter

Demander un référendum sur les traités européens

Réduction du tps de travail

Certains items demeurent mystérieux, mais voici quelques brefs commentaires et interrogations sur les points les plus saillants :

Dégager les fachos : c’est sans doute la résurgence d’une dialectique stalinienne un brin faisandée : nous sommes tous le con d’un autre, ou le facho d’un autre, mais celui qui crie le plus fort à l’instant t établit la norme instable et variable du facho.

Détruire le capitalisme : pour le remplacer par quoi n’est pas indiqué. Que le capitalisme soit malade de sa financiarisation et de sa mondialisation est patent, mais le collectivisme n’a jamais tenu ses promesses de lendemain qui chantent et le capitalisme peut être réformé et sauvé (cf. Gaël Giraud + Cécile Renouard, 20 propositions pour réformer le capitalisme). Alors s’il y a une alternative quelle est-elle ?

Réduction du temps de travail : les 35 heures de Martine Aubry ont déjà tant fait de mal à la nation, est-il nécessaire de s’acharner à promouvoir des solutions dont l’inefficacité a été démontrée de façon empirique ?

Demander un référendum sur les traités européens : le dernier qui a eu lieu a été jeté aux oubliettes par le traité de Lisbonne, ne serait-il pas plus logique d’exiger qu’une décision prise par référendum s’impose à la représentation nationale et à la nation ?

Faire partir les « relous » de la bouffe / Délocaliser la bouffe : S’il s’agit ici de virer Monsanto et consorts et de produire et consommer du local qui ne soit pas de la malbouffe industrielle, alors pourquoi pas ?

Écrire la constitution de la république sociale : ici se trouve le seul point digne d’intérêt (de mon point de vue). Les institutions de notre pays sont exsangues, il est devenu ingouvernable et ne satisfait plus aux critères qui définissent une démocratie. C’est l’heure de sortir les « balles neuves ». Faut-il confier à des politiciens et des juristes le soin de procéder au souhaitable et (espérons-le) salutaire big-bang constitutionnel ? Que nenni, inspirons-nous des islandais pour la démarche, mais allons jusqu’au bout (3) !

Une petite conclusion s’impose : Nuit Debout n’est qu’une nouvelle manifestation de l’archaïsme d’une gauche qui n’a plus rien à apporter d’autre que des pollutions au débat public.

Sans plus

(1) tweet

(2) paperboard

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Assembl%C3%A9e_constituante_islandaise_de_2011

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux