Marianne ou … Marie

Marianne ou … Marie
20 novembre 2015 Dorothée Paliard

Marianne ou … Marie

Par Thierry Fournier de Meyere. 20/11/2015.

 

 

Une larme coule sur la joue.

Une larme bleue, une larme blanche, une larme rouge.

La devise Liberté, Égalité, Fraternité est mise au fronton des pays du monde entier.

La bannière tricolore vient remplacer un instant le drapeau des nations solidaires.

La Marseillaise est entonnée par le chœur bigarré des grandes arènes du sport.

Les mots « Paix » et « Union » résonnent sur le web et à la télévision.

Sur les cinq continents, on surfe sur la vague France.

 

Pour retrouver un impact aussi grand sur la communauté humaine internationale, il faut certainement remonter à l’attaque du Word Trade Center le 11 septembre 2001 à New York qui fit 2977 victimes.

Depuis, nombre d’attentats ont été perpétrés de par le monde… Mais jamais l’un d’eux n’a eu un aussi grand impact en terme de bouleversement humain et médiatique que ceux qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre 2015.

Tandis que l’Amérique fascine et attise des jalousies, la France est tout simplement… aimée.

À la lumière des événements qui se sont déroulés sur notre territoire et de leur portée universelle, puissent les Français, exigeants avec eux-mêmes au point de se détourner de la Mère Patrie, raviver la flamme nationale qui s’est éteinte en eux.

 

La France reste la première destination touristique du monde. Pour les étrangers qui viennent visiter la capitale, Paris c’est Paris.

La France a valeur de symbole, et les terroristes ne s’y sont pas trompés. En attaquant notre sol, c’est le monde qui s’est senti atteint et la Terre entière qui a tremblé.

 

La France, c’est la porte qui libéra l’Europe du nazisme.

La France, c’est le Général de Gaulle et… Édith Piaf.

La France, c’est la Révolution, la Renaissance, la Chrétienté.

La France, terre de liberté et des droits de l’Homme.

La France, « éducatrice des peuples » prophétisait Saint Jean Paul II.

 

Les symboles affluent sur la toile et les réseaux sociaux. Un dessin aux traits grossiers, inspiré de l’Unicode de la paix, montre une Tour Eiffel improvisée. L’œil exercé peut y voir d’autres signes, la croix latine ou le A cerclé du mouvement anarchiste. Des messages subliminaux qui se télescopent et véhiculent tout à la fois Paris et la Paix mais aussi la destruction et le supplice. Ce syncrétisme innocent nous montre, au fond, que la France ne sait plus qui elle est, et qu’elle a besoin de renaître.

 

Tandis que notre Marianne n’a jamais paru aussi vraie, il est légitime de se demander ce que peut signifier cette larme qui coule sur la joue d’une république désincarnée. Car, en ces temps de violence et d’effroi, voilà que l’on voudrait se raccrocher à un visage humain, à une figure pleine de bonté et de compassion.

Et si à travers Marianne pouvait se trouver le visage de Marie, Reine de Paix, de Grâces et de Délivrance.

Puissions-nous, Français, mettre nos pas dans ceux des figures qui nous ont précédés dans la douleur, mais aussi dans l’Espérance. Sainte Jeanne d’Arc d’un côté, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, de l’autre, toutes deux, et avec Marie, patronnes majeures de la France, et passer ainsi de l’Union à la Communion.

 


 

  1. Fournier de Meyrere

 

www.fournierdemeyere.fr

 

 

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux