Loué sois-tu !

Loué sois-tu !
17 juin 2015 Dorothée Paliard

Loué sois-tu !

 

Par Stéphane Duté.

Le 18 juin 2015, le pape François présentera l’encyclique « Laudato Sii ». Déjà, le 24 mai, à l’occasion de la pentecôte, il déclarait ceci[1] : « Le respect du créé est une exigence de notre foi : le “jardin” dans lequel nous vivons ne nous est pas confié pour que nous l’exploitions mais pour que nous le cultivions et le gardions avec respect. » Et il ajoutait plus loin, « qu’il n’y a pas de respect de la Création sans renouveau du cœur de l’homme ».

Personnellement, j’aurais préféré qu’il déclara l’inverse. « Qu’il n’y a pas de renouveau du cœur de l’homme sans respect de la Création ». C’eut été plus radical, plus engageant, plus percutant. Chacun aurait compris que la conversion au Christ passait nécessairement par le respect de la création et donc, par une forme de conversion écologique. Mais le pape connait son Eglise et les brebis qui lui sont confiées. Il sait qu’il lui faut aller doucement s’il veut n’en perdre aucune. C’est que l’on ne convertit personne de force. Pas plus à Dieu qu’à l’écologie…

Conversion écologique…

A l’audience générale[2] du 17 janvier 2001, Jean-Paul II déclarait déjà : « Il faut encourager et soutenir la conversion écologique, qui au cours de ces dernières décennies, a rendu l’humanité plus sensible à l’égard de la catastrophe vers laquelle elle s’acheminait ».

Voilà 15 ans, un pape, un Saint nous invitait déjà à nous mettre en chemin. Aujourd’hui son successeur enfonce le clou. Avec son style et son charisme propre. Et avec lui de nombreux chrétiens[3] dont ceux qui, le 7 mars dernier, signaient « l’appel du Carême 2015 pour une conversion écologique ». Ils viennent d’horizons différents. Certains sont évêques comme Dominique Rey ou Marc Stenger. D’autres sont élus  comme François Mandil (militant d’EELV), François-Xavier Bellamy (maire adjoint de Versailles divers droite) ou Philippe de Roux (fondateur des « Poissons roses », proche du PS). D’autres encore sont économistes, sociologues ou dirigeants d’entreprise ou d’association.

C’est que la conversion à l’écologie, à l’instar de la conversion au Christ n’est la propriété de personne. Elle transcende les groupes, les idées, et jusqu’aux préjugés…

Peut-on être écolo et catholique ?

La question est complexe tant elle fait appel à l’histoire politique de notre pays. Au vrai, l’écologie, telle qu’un catholique l’entend, a été captée par un groupe de personnes s’étant attribué le « monopole du vert ». Simultanément, ce groupe donnait à l’écologie une certaine connotation idéologique : Quand on est « écolo », on est contre les OGM mais pour la PMA. On est pour l’union libre sauf pour les couples de même sexe. On défend le « droit », à l’avortement mais on est pro-vie pour les… bébés phoques. Et du coup, les chrétiens ont jeté le bébé phoque avec l’eau du bain…

Et c’était une erreur. La création est bien trop importante pour être confiée à un groupe politique.

Peut-on être catholique sans être écolo ?

C’est la question que pose le pape François. Nous qui aimons le créateur et protégeons la créature, pouvons-nous décemment abandonner la création ? Pouvons-nous nous permettre de ne pas la protéger. Intégralement. Car oui, l’écologie dont il est ici question est plus profonde, plus ancrée que la seule écologie politique dont parlent nos médias. Notre écologie est naturelle, elle est humaine, elle est cohérente, elle est vivante, elle est intégrale.

Alors loué sois-tu, Seigneur, de nous avoir donné un tel pape !


 

[1] http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-sii-l-encyclique-sur-l-ecologie-une-exigence-de-notre-foi

[2] http://www.la-croix.com/LaCroix/Urbi-et-Orbi/Actualite/France/Appel-du-Careme-2015-pour-une-conversion-ecologique-2015-03-06-1288282

[3] http://www.lavie.fr/actualite/ecologie/la-conversion-ecologique-seduit-des-chretiens-de-toutes-tendances-10-03-2015-61065_8.php

  • Aristote Stagyrite

    Les Américains ont une très belle expression pour ce type de texte « apple pie and motherhood », c’est-à-dire « tarte aux pommes et maternité » : qui peut être contre ?

    Je n’ai rien contre, je ne suis pas sûr qu’il soit judicieux d’utiliser le genre de l’encyclique pour faire un bel exercice de com !

    • Simon le pharisien

      Ben ça c’est fait. Merci pour votre précieuse contribution…

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux