Le dieu argent

Le dieu argent
28 septembre 2015 Dorothée Paliard

Le dieu argent

 

par T. Fournier de Meyere.

La déferlante médiatique mondiale sur le constructeur Volkswagen a entraîné la perte de 25 milliards d’euros de capitalisation boursière en deux jours (les 22 et 23 septembre 2015).

Mais qui avait bien pu inspirer aux ingénieurs de la célèbre firme et à leurs dirigeants la sottise du logiciel tricheur ? Le dieu argent. Sans cette supercherie à haute valeur technologique, il aurait fallu revoir toute la conception des moteurs, ce qui aurait fait chuter les cours de bourse. Volkswagen, alors en pleine ascension, ne pouvait se le permettre.

Qui avait intérêt à révéler la faute inexcusable de Volkswagen ? Le dieu argent. En l’occurrence, celui qui veille aux intérêts des concurrents.

Qui a réclamé la démission de Martin Winterkorn ? Le dieu argent. L’industriel qui, en huit années, a enrichi les actionnaires et fait de Volkswagen un géant mondial, a été sacrifié sur l’autel des marchés. Les 60 millions d’euros que l’ex-patron va recevoir en guise de départ sont finalement peu de chose à côté des quelques milliards retrouvés en bourse à l’annonce de son retrait.

Le dieu argent a bien fait son travail.


Article paru égaement sur le blog www.fournierdemeyere.fr

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux