Le bruit des chaises vides

Le bruit des chaises vides
2 février 2016 Dorothée Paliard

Le bruit des chaises vides

Il est des silences éloquents, des absences qui en disent long.

Par Rémy Mahoudeaux.

Ce lundi matin, je lis les pépiements (désabusés ?) postés sur la toile par Bernard Pivot au sujet des obsèques de Michel Tournier. Ni préfet, pourtant annoncé, ni représentant de la rue de Valois : le service minimum n’est même pas assuré ! La déshérence de la lecture est en bonne voie.

Interpellé par ces absences, je fouille un peu ce qu’ont publié les comptes twitter de la ministre de la culture ou celui de son ministère, et suis dans l’obligation morale de m’esbaudir : quelle disproportion entre la place tenue par le festival de BD d’Angoulême et le décès d’un géant de la littérature française du XX° siècle. Oh, certes, l’hommage y est rendu, mais vite noyé par les autres contingences d’un ministère qui préfère manifestement le spectacle vivant subventionné, le sextoy gonflable défigurant Paris, la trompette de tôle faisant de même avec les jardins de Versailles et autres calembredaines du même tonneau. Je n’aurais pas souhaité pour lui des obsèques comme celles qui furent faites à Victor Hugo : rien n’est comparable, mais cette indifférence m’attriste.

Michel Tournier a survécu 16 ans à sa propre facétieuse prophétie sur la date de sa mort, et c’est tant mieux. Qu’il repose dorénavant en paix.

J’ai pu comprendre que la langue était l’un des patrimoines communs, essentiel, qui fait que nous pouvons être unis au sein d’une nation, et les écrivains en sont les forgerons, et certains en sont des orfèvres. Je n’ai aucune autorité ni morale ni intellectuelle ni culturelle ni encore politique pour me substituer aux carences d’un état à la dérive, mais je voudrais que soit rendu à Michel Tournier, par la nation des anonymes, le seul hommage qui vaille : le lire, encore et toujours, et le redécouvrir à chaque lecture.

MichelTournier

  • Ermort

    Tournier écrivait cependant des choses peu saines. Y avait-il alors un hommage à lui rendre?

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux