Journée internationale des droits de l’enfant

Journée internationale des droits de l’enfant
8 décembre 2014 OSP

Journée internationale des droits de l’enfant

 

25ème anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Propos recueillis auprès d’Anne-Claude Girard Venot.

 

OSP : Anne-Claude, vous avez coordonné le happening organisé près de l’Assemblée Nationale le 19 novembre, pouvez-vous nous en dire plus ?

Depuis l’année dernière j’avais ce projet en tête de réunir des associations de défense de droit des enfants autours de cette journée si symbolique du 20 novembre. En effet, je trouve que passer un film ou faire des fleurs en papier crépon pour ce jour-là est bien insuffisant. J’ai trouvé un écho très rapide et positif à cette idée. Ainsi avec les Gavroches et les mères veilleuses nous avons choisi de rappeler le droit premier de l’enfant d’être n’est ni acheté ni vendu ni même donné ! Notre opération s’est donc appelé #NoGPA. Pour en savoir plus, cliquez ici.

OSP : Dans vote happening vous faites parler les enfants d’une mère porteuse américaine qui disent en boucle « maman pourquoi ils ont pris le bébé » cette approche n’est pas commune pourquoi ?

Oui, en effet on parle volontiers de GPA éthique maintenant ! Nous avons été bouleversé par un article de presse récent mentionnant l’histoire d’un couple qui allait chercher le bébé acheté chez une mère porteuse devant ses enfants. Nous avons donc rappelé comme nous le faisons de façon constante qu’un enfant ne doit pas être soumis délibérément à une blessure d’abandon, nous avons aussi voulu montrer les conséquences sur les enfants de la mère porteuse.

OSP : Cette action terminée, qu’allez-vous faire ?

Le 19 novembre nous avons ouvert l’année internationale des droits de l’enfant : il appartient à chaque association ou groupe de s’approprier ce thème et d’organiser pendant toute l’année un ou des événements autours de ce sujet. Nous avons soutenu une proposition de loi visant à l’incrimination des commanditaires de gestation par autrui qui n’ a même pas été débattue à l’Assemblée Nationale le 4 décembre : nous sensibilisons parlementaires et opinion publique à cette question.

Pour en savoir, plus, visitez cette page.

Nous avons participé au lancement de la pétition #NoMatternityTrafic

La pétition sur le site web ( que vous pouvez signer ici) vise à demander à l’Assemblée du Conseil de l’Europe de s’engager pour l’interdiction effective de la GPA,  aux gouvernements d’initier la rédaction d’un texte interdisant expressément toute forme de GPA en Europe  et enfin à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) d’être garante des droits des femmes et des enfants et de condamner la pratique de la GPA comme contraires aux droits de l’homme.

Enfin nous intervenons devant les juridictions. L’agence européenne des adoptés a initié une class action devant le Conseil d’Etat ou nous attaquons les textes d’application de la loi Taubira.

Nous serons donc toujours présents quand le droit des enfants est attaqué !

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux