Si les hommes se taisent, les pierres crieront…

Si les hommes se taisent, les pierres crieront…
27 mai 2016 Dorothée Paliard

Si les hommes se taisent, les pierres crieront…

Par Stéphane Duté. Mai 2016

UN GENOCIDE, CONTRE LES CHRETIENS ET LES AUTRES MINORITES d’Orient, se déroule dans la passivité de la communauté internationale. Or il ne saurait  y avoir de « hiérarchie » en matière de génocide ; il ne peut y avoir d’un côté, des crimes qui seraient « acceptables » et d’autres qui ne le seraient pas. Un crime est un crime, et tous doivent être appelés par leur nom. Ce qui se passe actuellement sous nos yeux, pour les chrétiens d’Orient et les autres minorités porte un nom : génocide.

Les chrétiens d’Orient, les Yézidis se trouvent actuellement dans une situation comparable à celle du Cambodge face aux Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou celle du Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides les plus récents. Nous n’oublions pas, pour autant, qu’à la fin années 30, si le monde civilisé s’était dressé contre « la bête », la Shoa n’aurait jamais eu lieu.

Le refus d’agir, dans les circonstances actuelles, relève de la complicité passive de génocide. C’est pourquoi l’ONU s’honorerait à reconnaitre ce génocide, comme l’a déjà fait l’Union Européenne le 4 février 2016.

Tous les régimes sanglants, à travers les siècles, ont en général, cherché à dissimuler leur violence. Mais concernant DAESH, la violence est mise en avant. Pire, c’est leur support de communication: décapitations, torture, amputations, viols, mise en esclavage. Le tout filmé et diffusé dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Alors comment pourrons-nous dire, plus tard, que nous ne savions pas ?

Le jeudi 4 février 2016, les eurodéputés ont adopté une résolution sur « le massacre systématique des minorités religieuses par DAESH, en Irak et en Syrie ». Le texte stipule que DAESH « commet un génocide contre les chrétiens, les Yézidis et d’autres minorités religieuses ou ethniques qui ne partagent pas son interprétation de l’islam ».

Par ce texte, les parlementaires ont demandé à l’Union européenne, d’instituer un représentant spécial permanent pour la liberté de religion et de conviction, et au Conseil de sécurité des Nations- Unies, de prendre des mesures « pour que ces actes soient qualifiés de génocide ».

Le  7 mars 2016, le Secrétaire d’Etat américain aux affaires étrangères, Monsieur John Kerry a lui aussi accusé DAESH de commettre un génocide contre les chrétiens d’Orient, comme l’avait déjà fait le pape François, en juillet 2015 en déclarant, lors de sa visite en Bolivie :

«Nous voyons avec horreur comment, au Moyen-Orient et ailleurs, sont persécutés, torturés, beaucoup de frères chrétiens. Dans cette troisième guerre mondiale par morceaux que nous vivons, il y a une espèce de génocide en marche qui doit cesser».

En avril 2015, il y a un an, devant la statue du Père Komitas (1869-1935), prêtre orthodoxe et chantre arménien, et devant quelque 10.000 personnes, le premier ministre, Monsieur Manuel Valls a déclaré :   «  La France est toujours du côté des victimes. Les victimes aujourd’hui, ce sont aussi les chrétiens d’Orient. Là encore, nous devons nommer les choses, établir la vérité : les chrétiens d’Orient – c’est le cas aussi d’autres minorités – sont en train d’être éradiqués dans cette région à travers ce terrorisme effrayant.  »

Qu’est-ce qu’un génocide ?

Le génocide est puni par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, adoptée par l’Assemblée générale des Nations-Unies le 9 décembre 1948. Il est défini ainsi:

«Le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : meurtre de membres du groupe ; atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ; soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe».

En quoi l’utilisation du mot « génocide » est-elle légitime ?

Il est souvent très compliqué de prouver « l’intention de détruire ». Mais en ce qui concerne les chrétiens d’Orient, il existe plusieurs déclarations officielles de l’État islamique exprimant, de manière incontestable, la volonté de détruire les « croisés » et les « adorateurs de la Croix».

Aujourd’hui, le nombre des chrétiens a chuté de 1,25 million à 500 000 en Syrie et de 1,4 million à moins de 275 000 en Irak, et ce en quelques années seulement.

Combien de temps allons-nous encore attendre ? Combien de meurtres, de viols, d’amputations, de mise en esclavage et de personnes brulées vives ?

Alors apportons notre pierre à l’édifice. Soutenons Monsieur Jean-Marc Ayrault, au nom de la France, mais également au nom des femmes et des hommes de bonne volonté du monde entier, afin qu’il puisse porter à l’ONU une demande de Résolution, reconnaissant le génocide des chrétiens et des minorités d’Orient.

Vous pouvez signer cette pétition en cliquent sur le lien :

http://www.citizengo.org/fr/pr/34823-lonu-doit-reconnaitre-le-genocide-des-chretiens-et-minorites-dorient

chretiens-d-orient-chut-on-tue-_visuel_1

Cette pétition est portée et soutenue par des personnes, des organisations et des associations d’horizons politiques et culturels différents.

Sens Commun (LR), Les Poissons Roses (PS), le collectif Horizon, Avenir pour tous, l’Institut Montalembert, Jean-Christophe Fromantin (Député des Hauts-de-Seine et Président de ExpoFrance 2025), Saïd Oujibou (Président de l’UNACF), Virginie Tellenne (Frigide Barjot, Présidente de l’APT), Ludovine de la Rochère (Présidente de LMPT), Guillaume de Prémare (Délégué général Ichtus), Jean-Baptiste Maillard (Président de Lights in the Dark), Caroline Wallet (Conseiller municipal), Xavier Bongibault, Philippe de Saint-Germain (Fondateur de la revue Liberté politiques), Les Gavroches, Cyrano.net, Ichtus, Tous chrétiens d’Orient, l’Observatoire Socio-Politique du diocèse de Fréjus-Toulon, P. Louis-Marie Guitton, Philippe de Roux (PS), Alban Gérard (Gavroches), Arnaud Bouthéon (LR),  Bruno de Saint-Chamas, Laurence Tcheng, Clotilde et Christophe Brossollet (Les Gavroches), Falk van Gaver (journaliste, auteur de Taybeh, dernier village chrétien de Palestine aux Editions du Rocher 2015, prix de l’Œuvre d’Orient 2016), Jean-Baptiste d’Albaret (Rédacteur en chef de Politique magazine)

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux