Franc succès pour le colloque sur la culture française

Franc succès pour le colloque sur la culture française
9 février 2018 Dorothée Paliard

Franc succès pour le colloque sur la culture française

Colloque sur la culture française à Toulon

« Le particulier pour accéder à l’universel », c’est ainsi que François-Xavier Bellamy, professeur de philosophie et adjoint au maire de Versailles a défini, samedi 3 février, à Toulon, la nécessité de transmettre notre culture. Non pas la culture pour la culture, mais pour tout ce à quoi elle nous permet d’accéder. « La culture c’est comme notre mère. On l’aime et on la chérit mais on reconnaît ses limites. On l’aime mais ce n’est pas pour autant qu’on déteste toutes les autres ». Le colloque sur la culture française, organisé par l’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus Toulon créé par Monseigneur Rey en 2005, se tenait, place de la Liberté, dans une salle de l’Union patronale du Var. La salle était remplie, si bien que la cinquantaine de candidats qui voulaient participer sans s’être inscrits ont dû attendre que l’on ajoute, aux 220 places de la salle, une trentaine de chaises ou des désistements de dernière minute.

Qu’est-ce que la culture française ? C’est la question à laquelle ont voulu répondre Monseigneur Rey, évêque de Fréjus-Toulon, les philosophes Robert Redeker, Vincent Aubin et François-Xavier Bellamy, ainsi que le journaliste du Figaro Vox Alexandre Devecchio, la guide conférencière Marie-Françoise Ousset, ou encore le général Pierre Gillet, commandant des écoles militaires de Draguignan. A travers chaque conférence, les différents aspects et problématiques de la culture française ont été abordés : pourquoi la culture fait-elle l’Homme, la crise de la transmission, le patrimoine paysager, la vocation spirituelle de la France, ce que la France a donné au monde à travers son art, les conséquences de la mondialisation sur la culture française ou encore, comment la culture française irrigue le commandement et se traduit dans les opérations.

« Les intervenants sont exceptionnels », lance Xavier, médecin, venu avec son épouse pour écouter les conférences toute la journée. Malo et Marie qui avaient prévu d’assister aux conférences le matin, sont restés vissés à leur chaise jusqu’au soir, « on ne décroche plus, on apprend plein de choses ». « Cela permet de se poser de nouvelles questions, d’ouvrir l’horizon », commente Inès. Quant à Sylvain et Bernadette, ils ont pris le train de Paris pour assister au colloque et ce ne sont pas les seuls. « L’accueil est chaleureux, on a même le café et les croissants. Et les intervenants sont très divers. Ils ont réussi à alterner débats et conférences, c’est une vraie réussite. Cette journée était digne d’un colloque parisien », conclura Hélène, de Marseille.

MT pour l’OSP

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux