Au pire, on meurt !

Au pire, on meurt !
7 septembre 2015 Dorothée Paliard

Au pire, on meurt !

« Les petites choses n’ont l’air de rien, 

mais elles donnent la paix.»

Bernanos- Journal d’un curé de campagne.

Depuis quelques semaines la question des migrants est venue perturber la quiétude espérée et méritée de mes vacances. La Mouche pourfendue, partagée, schizophrène, tiraillée, en discussion avec elle-même :

– La Mouche flippée : Mais enfin ! Oui c’est terrible mais quand même ! On ne peut pas accueillir toute la misère du monde, on n’a plus d’argent ici et ils viennent comme si c’était l’opulence !

– La Mouche qui cherche : c’est pas faux. Mais enfin la vérité c’est qu’il reste du fric. Nous ne sommes pas pauvres. Et sans doute si on avait appris à en filer un peu au reste du monde alors tous ceux là seraient restés dans les pays qui sont les leurs, auxquels ils sont attachés comme tu es attaché au tien. Même toi, du pognon, il t’en reste encore, même après ces impôts dont tu dis qu’ils t’étranglent alors qu’en réalité, ce qui t’exaspère, c’est de ne pas voir à quoi ils servent.

– La Mouche flippée : … moui… Peut-être. Mais tout ces gens, tu ne vois pas l’aspect invasif de l’Islam conquérant à nos portes ? C’est le grand remplacement qui est en marche, le Camp des Saints ! On est en terre chrétienne et là on ouvre les vannes pour se faire inonder et perdre notre identité.

– La Mouche qui cherche : en terre chrétienne ! Il suffit de passer un week-end à la campagne et d’y chercher une messe un dimanche pour se rendre compte que seuls des tas de pierres vides et fermés sont le signe d’une France autrefois fervente. Et donc toi tu penses que des types entassés sur des bateaux rouillés sont des bourreaux potentiels. Moi je pense qu’ils sont les victimes d’un système terroriste d’un côté et de l’incurie de l’Occident pour la cause de leur pays en guerre d’autre part. Mais quelle est ton idée ? Tu suggères, comme le maire de Roanne, qu’on devrait accueillir les migrants chrétiens mais pas les musulmans ? Quelle est la religion dont tu te réclames enfin ? C’est ça ta France chrétienne, bardée de ses valeurs catholiques, inspirée par l’Evangile ? Tu crois qu’elle aurait une tête de sainte la France qui tournerait le deuxième verrou quand on frappe à sa porte ? Si elle se rappelait les promesses de son baptême, sûrement alors elle ouvrirait tout grand ses portes. Mais enfin qu’est ce qui compte le plus pour toi : la France ou l’Evangile ? D’ailleurs la question n’est pas là : si tu veux une France chrétienne elle doit suivre l’Evangile. Je vais te dire : t’es tellement flippée que ça devrait te mettre en alerte : « l’amour parfait banni la crainte », « n’ayez pas peur » ça te dit quelque chose ? La peur n’est pas la posture du chrétien. Ce qui est clair c’est que si ces gens se ramènent ici c’est parce que la France, et donc toi, n’a pas assez partagé, s’ils se ramènent ici c’est parce que la France, dont tu es pour 1/67millionnème responsable et dont tu as élu les dirigeants, n’a pas œuvré pour la paix et a préféré voir dans l’organisation d’un chaos lointain un nouveau marché pour ses armes, et donc pour le pognon, le pognon et toujours le pognon. Pas de chance pour l’effet boomerang. Et pour ce qui est de l’invasion islamiste, tu proclames haut et clair ton Credo chaque dimanche, mais jusqu’à quel point ta foi est-elle affermie pour que tu craignes leur arrivée ? La France deviendrait majoritairement musulmane, toi, tu perdrais la foi ?

– La Mouche flippée : là oui je suis super flippée avec ce que tu me dis ! Evidemment j’ai peur que la France devienne musulmane, on sait bien que c’est ça leur objectif ! Et le Pape, dont on se demande s’il est complètement tradi ou complètement gauchiste, qui leur dit de tous venir et d’ouvrir les paroisses pour les accueillir ! Bientôt, c’est nous qui serons égorgés sur ces mêmes plages où ils débarquent tous.

– La Mouche qui cherche : hé bah voilà, on y arrive : effectivement il est possible qu’à force de suivre l’Evangile, en ouvrant nos portes à l’étranger (je te passe les multiples citations bibliques) on meurt. C’est bien ça : au pire au meurt, mais on aura suivi le Christ et c’est tout ce qui compte.

Là, enfin unifiée, j’ai plié ma serviette, secoué le sable et je suis partie en quête de ces petites choses dont parle Bernanos, c’est la clef de tout.

La Mouche du Coche, assurée et rassurée

 

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux