Actualité sur les OGM

Actualité sur les OGM
9 octobre 2013 webmaster

Actualité sur les OGM

Par Philippe Conte.

Le débat sur l’extension des cultures OGM est, en France complètement biaisé par l’idéologie. Les militants « écologistes » (en réalité de vrai militants d’extrême gauche recyclés dans la gauche « Bobo ») sont hostiles par principe « anticapitalistes » aux avancées scientifiques dès que celles-ci sont initiées par les grands groupes de l’agrochimie ou de agrobiologie. De l’autre côté certains (et ils sont nombreux dans quelques milieux catholiques) qui sont opposés à « l’écologie » politique, prennent par principe une position opposée. Il est bien évident que le débat de fond n’y gagne pas !

Une opposition de même nature sclérose le débat sur la question du réchauffement climatique, opposition qui évite de se poser les questions qui fâchent réellement : nature de la « vérité » scientifique, sens et destin final de notre mode de « développement », solidarité de la famille humaine dans la sainteté, comme dans le péché.

Il y a en vérité de bonnes questions à se poser au sujet des organismes génétiquement modifiés. Le fait qu’ils soient poussés par les grands groupes industriels qui ont financé leur développement ne les disqualifient pas d’emblée ; mais il faut malgré tout prendre en compte ce fait et reconnaître sans naïveté que les sommes colossales engagées dans ces recherches, comme l’investissement personnel des chercheurs, ne poussera pas leurs auteurs à mettre en avant les doutes et les risques !

Le principe même des OGM repose sur l’implantation par le génie génétique de gènes d’une espèce dans une autre, franchissement grave d’une limite, car contraire à l’ordre naturel. Ceci ne veut pas dire que ce franchissement soit inenvisageable, mais qu’il faut impérativement en mesurer les dangers et s’assurer que l’équilibre risque – avantages balance nettement pour les deuxièmes !

Dans cette perspective, c’est un des meilleurs arguments des partisans de l’extension des OGM qui est aujourd’hui fortement fragilisé ! Cet argument était que les ravageurs ciblés ne parvenaient pas à développer de résistances génétiques aux toxines fabriqués par la plante transgénique grâce à la stratégie dite de la « zone refuge ».

Cette stratégie consiste à maintenir en culture non OGM une petite proportion des surfaces avec pour objectif de maintenir des populations d’insectes sensibles à la toxine.

Chez la plupart des espèces de ravageurs étudiées jusque-là, l’évolution de la résistance semblait due à une modification des cellules de la paroi intestinale, empêchant la fixation de la toxine. Ce type d’adaptation se transmet de manière récessive : C’est-à-dire que suivant les lois mendéliennes de la génétique, seuls deux parents résistants produiront une descendance résistante. Or, la probabilité d’apparition de tels individus reste faible. Un insecte résistant qui survit dans un champ d’OGM a beaucoup plus de possibilités de s’accoupler avec un de ses nombreux congénères sensibles provenant de la « zone refuge ».

Malheureusement cet espoir s’est avéré vain ; en effet l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) a mis en évidence que les chenilles de Busseola fusca (un papillon nocturne) avaient développé rapidement (en six ans à peine après l’introduction du maïs Bt en Afrique du Sud) une résistance de type dominant c’est à dire que la population de ravageur va massivement devenir insensible à la toxine ! (voir le n° 438 de septembre 2013 des « actualités scientifiques » de l’IRD)

Face à ce phénomène inattendu les agronomes redécouvrent tout l’intérêt de la lutte biologique à partir d’espèces de parasites ou de prédateurs dont l’efficacité a été « validée » par des millénaires d’évolution !
Un conte persan relate comment Hadji Baba était un jour assis sous un chêne s’étonnant que Dieu ait donné un fruit si petit à un arbre si imposant. Il imagina le chêne pourvu d’un fruit aussi majestueux que lui, comme une citrouille. Pourvu des techniques du Génie génétique Hadji Baba aurait sans nul doute créé un chêne génétiquement modifié, doté de fruits énormes ! Mais au moment où ces pensées occupaient son esprit, il reçut un gland sur la tête ! « Dieu est grand ! » dit-il alors.

 

Photo : article Le Monde « Le Sénat rejette l’interdiction du maïs OGM »

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux