300 élus provençaux rencontrent le pape à Rome

300 élus provençaux rencontrent le pape à Rome
12 mars 2018 Dorothée Paliard

300 élus provençaux rencontrent le pape à Rome

« La grandeur politique se révèle, quand, dans les moments difficiles, on oeuvre pour les grands principes et en pensant au bien commun à long terme »*, a lancé le pape François aux 300 élus venus des diocèses de Marseille, de Fréjus-Toulon, d’Ajaccio, d’Aix et Arles, d’Avignon, de Digne, de Gap et de Nice, ce lundi 12 mars, à Rome.

« Ce n’était pas ma première rencontre avec le Saint Père. J’avais accompagné les victimes de l’attentat de Nice auprès du Saint Père. J’ai retrouvé dans un autre cadre et dans un autre lieu toute l’attention et la force de la parole du Saint Père. Même si l’exercice peut paraître convenu, les objectifs donnés par le Saint Père par rapport à la construction du vivre ensemble sont complètement cohérents avec ce que nous sommes amenés à faire tous les jours sur le terrain », raconte Philippe Pradal, premier adjoint au maire de Nice. En effet , le pape a appelé ce lundi matin à « créer les conditions favorables d’un vivre ensemble respectueux des différences, attentif aux situations de précarité et aux personnes les plus fragiles » et a demandé « qu’on ait à coeur de rechercher le développement intégral de tous ».

« Je fais partie des élus catholiques et je ne cherche pas un directeur de conscience dans le cadre de mon action publique. En revanche, les paroles du Saint Père viennent me confirmer ma manière de faire de la politique ‘catholiquement’ avec une certaine exigence d’attention aux autres et en mettant l’Homme au centre », poursuit l’élu. Pour le sénateur des Alpes-Maritimes, Jean-Pierre Leleux, « la politique c’est justement cela : mettre l’Homme au centre et servir. Contrairement à la caricature, l’engagement des élus trouve ses racines dans un sentiment noble, la générosité ». D’ailleurs, Pie XI disait que « la politique était la forme la plus haute de la charité ». Le pape a aussi exhorté les élus à « devenir les promoteurs d’un véritable débat sur des valeurs et des orientations reconnues communes à tous ».

« Comprendre le rôle de l’Eglise »

Monseigneur Pontier, archevêque de Marseille et président de la conférence des évêques de France et les évêques des diocèses de la Province de Marseille ont invité leurs élus et les accompagnent. « La rencontre avec le pape a suscité une forte émotion. C’est quelque chose que l’on ne pense pas vivre : voir le pape, échanger des mots, ou ne pas pouvoir en échanger tellement on est émus. La personnalité du pape a un rayonnement réel », confie l’archevêque de Marseille qui ajoute que « répondre à un appel de l’église à se déplacer a Rome, ce n’est pas une question neutre en France. C’est pourquoi, quand nous avons lancé cette initiative, nous ne savions pas quel en serait l’écho ».

« Je suis membre de la Commission des Affaires étrangères et pour moi, il est tout a faire normal de me rendre au Vatican, de comprendre le Saint Siège, sa structure, son fonctionnement, la diplomatie du Pape François qui est ambitieuse voire audacieuse. Je pense qu’il est important de comprendre le rôle et la position de l’Eglise et d’associer les religions au débat public sans qu’elles le monopolisent évidemment », explique Delphine O , député de Paris.

« Je résumerais cette rencontre en trois mots. Rencontre puisque nous allons pouvoir avancer sur les débats de société à partir d’une rencontre. Réflexion car ce voyage soulève des questions fondamentales. Transformation car notre venue ici doit pouvoir faire changer les regards que l’on pose les uns sur les autres », a conclu Monseigneur Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

Pour cette première journée à Rome, les élus ont aussi rencontré le Cardinal Parolin et Monseigneur Gallagher. Ils se sont vus expliquer le fonctionnement de la secrétarie d’Etat et les objectifs diplomatiques du Saint-Siège. Ils ont également rencontré Jean-Baptiste de Franssu, président de l’IOR, la banque du Vatican.

Monseigneur Pontier en a profité pour renouveler son invitation au pape à venir à Marseille. « Cette invitation est reçu et envisagé  par le pape il faut désormais la faire entrer dans son calendrier « , a lancé l’optimiste.

*Laudato Si’,  n178

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux