2017, année électorale : le message de l’Église de France

2017, année électorale : le message de l’Église de France
28 octobre 2016 Dorothée Paliard

2017, année électorale : le message de l’Église de France

Propos issus de l’interview video de Mgr Rey du 27 octobre 2016.

« Le constat est unanime : notre pays va mal. Les prochaines échéances électorales seront décisives. L’Église entend parler à tous les Français car elle fait de la politique au sens noble. Elle ne soutient ni ne dénonce tel ou tel candidat. Elle affirme à temps et à contre-temps les fondements véritables d’une société juste : défense de la dignité et de la vie humaines, service des plus pauvres, protection de la famille, liberté et droit à l’éducation. L’Église soutient l’action des hommes politiques par la prière. Elle encourage les catholiques à prendre des responsabilités.

Pourquoi l’Église juge-t-elle nécessaire de prendre la parole ?

Les évêques ont publié un texte fondamental : Retrouver le sens du politique. C’est d’abord un constat : « ce qui fonde la vie en société est remis en cause ». Ils observent une crise du sens et une crise de la parole. Les mots sonnent creux. Les promesses ne sont pas tenues. La confiance est brisée. « Tout semble discutable et à discuter ». Tout est soumis au vote, même l’anthropologie. Les politiques doivent réhabiliter un discours noble, sérieux et porteur de sens. Sans cela, leur parole s’abîmera encore davantage.

Quel est le message des évêques de France pour l’avenir de notre pays ?

Ce constat appelle un refondation politique. D’abord pour rendre son véritable sens à la politique. Et ensuite pour raffermir notre société. La famille, l’amour de la vie, l’amitié entre Français sont le but de l’engagement public. L’unité et le dialogue ne sont pas facultatifs.

Quelles solutions concrètes ?

La société est fondée sur la famille. La famille n’est pas le fruit d’un contrat social. Les lois ne peuvent la changer, seulement la conforter. L’éducation et la vie familiales apprennent le service, la gratuité et le don de soi : des qualités indispensables à la vie publique ! J’encourage aussi la formation de fraternités politiques, pour débattre, partager, réfléchir, se soutenir, et prier ensemble. Benoît XVI a rappelé que « les valeurs évangéliques deviennent une contre-culture. » Mais il a aussi indiqué que « ce sont les minorités créatives qui déterminent l’avenir. »

  • Jean Bayle de Jessé

    Je ne peux qu’être d’accord avec tous ces beaux principes.
    Maintenant, reste à trouver le chemin pour les mettre en application.
    Commençons par du simple comme cela a déjà été fort justement préconisé ici par M. NISSAC, à savoir, tout faire, avec son bulletin de vote et mieux encore avec sa militance pour éliminer de la vie politique française des hommes et femmes politiques particulièrement indésirables au vu de leurs actes effectués en qualité d’élus.
    Je rappellerai donc ici le nom des 27 députés UMP (sur 197 députés UMP), fondamentalistes de l’avortement (déjà partiellement cités ici ) qui, à l’ Assemblée nationale, le 26 Novembre 2014 ont voté pour une proposition de résolution visant à réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe.

    Damien ABAD
    Nicole AMELINE
    Benoist APPARU
    Laurence ARRIBAGé
    Yves CENSI
    Jérôme CHARTIER
    Jean-Françis COPé
    Bernard DEFLESSELLES
    Rémi DELATE
    François FILLON
    Claude GREFF
    Christian JACOB
    Nathalie KOSCIUSCO-MORIZET
    Valérie LACROUTE
    Jean LEONETTI
    Pierre LEQUILLER
    Véronique LOUWAGIE
    Gilles LURTON
    Franck MARLIN
    Jean-Claude MATHIS
    Jacques MYARD
    Valérie PECRESSE
    Bérengère POLETTI
    Claudine SCHMID
    Thierry SOLERE
    Jean-Charles TAUGOURDEAU
    Marie-Jo ZIMMERMANN

    Recommandation à mettre en application dès aujourd’hui.

Partagez cette page
Suivez l'OSP sur les réseaux